Rubis'Saphir Consulting Consulting Devenir Consultante : Mon histoire, Mes conseils

Devenir Consultante : Mon histoire, Mes conseils


Devenir consultante, comment suis-je arrivé là ? Je réponds à cette question dans cet article.
Devenir chef d’entreprise a toujours été mon plus grand rêve. J’ai grandi dans le monde de l’entreprenariat, de ses avantages et ses inconvénients. Prête à faire les choses à ma façon, je ne craignais pas les inconvénients.

J’ai toujours voulu être entrepreneure ou entrepreneuse, chef d’entreprise, dirigeante, que des mots différents pour dire la même chose dans les grandes lignes. Nous reviendrons sans doute sur les différences entre toutes les appellations dans un prochain article, si cela vous intéresse.

Créer son entreprise ok, mais dans quoi ?

Je savais que je voulais créer mon entreprise, le plus tôt possible, après avoir acquis l’expérience suffisante. Cependant, ce que je ne savais pas, c’était ce que je voulais vendre. J’ai commencé en me lançant dans le drop-shipping, puis du MLM, des petites réalisations faits mains, de l’achat revente. Jusqu’au jour où j’ai réalisé qu’il me manquait certaines connaissances.

J’ai donc décidé d’arrêter d’investir dans tout et n’importe quoi, d’autant plus que je n’allais jamais jusqu’au bout, parce que je ne voyais jamais les résultats de mon travail assez vite selon moi.

A cette époque, j’étais très jeune, tout feu tout flamme, donc peu patiente, je vouais tout, tout de suite. J’ai fait une pause dans toutes ses activités et j’ai poursuivi mon expérience professionnelle, dans le monde du salariat. J’en ai profité pour me former en parallèle, tout en observant les techniques des entreprises pour lesquelles j’ai travaillé.

Mon introspection avant de devenir consultante

Tout au long de mes études, je n’ai jamais cessé de réfléchir dans quel secteur je pourrais créer mon activité. C’est à la fin de mon dernier diplôme obtenu, que j’ai réalisé une introspection.

Cette introspection m’a principalement servi à me connaître, savoir ce que j’aimais, et comment je pourrais me servir de ce que j’aimais faire pour en faire un métier. Contrairement à beaucoup de personnes, à la question « Quels sont tes passions ? », je réfléchis énormément.

Pourquoi ? Simplement, parce que je pense ne pas en avoir. En réalité, je n’en ai pas.
Je n’en ai pas parmi ceux « classiquement cités ». Je porte beaucoup d’affection à certaines passions classiques tel que le sport, la danse, la musique, … Mais pas au point d’en faire mon métier. Enrichir mes connaissances sur ces sujets de façon régulière, ne m’intéresse pas du tout.

J’ai poussé mon introspection au-delà des habitudes. Plutôt que physique, en matière de travail, je suis plutôt intellectuelle. Réfléchir, chercher, apprendre et surtout Conseiller sont les choses que j’aime faire le plus. Tout devenait plus clair, je me suis rappelé à ce moment, toutes les personnes qui m’ont déjà remercié pour mes bons conseils. Dans la vie professionnelle comme personnelle.

Introspection pour devenir consultante
J’ai réalisé une introspection avant de devenir consultante.

Par passion, devenir consultante…

Là, le diagnostic est tombé, je souffre de « conseillite aigue » 😂 bon d’accord, cette maladie n’existe pas. Mais je savais maintenant ce que je voulais faire.
Devenir Consultante était donc LE métier qui regroupait les critères de ce que je voulais faire, c’était parfait ! Cela dit, il existe divers types de consultant, chacun sa spécialité, c’était donc à moi de trouver la mienne.

Spécialisée en stratégie d’entreprise, voici la spécialisation que j’ai choisie quand j’ai décidé de devenir consultante. Ce n’était pas compliqué à trouver, de nature très mathématicienne, logique, fervente de stratégie qui permettent de réussir, mais surtout consciente que sans stratégie, il n’y a pas de pérennisation. J’avais trouvé ma spécialisation.

Maintenant, il me fallait quelques renseignements sur ce métier, tout nouveau pour moi. Avant de devenir consultante, j’ai cherché la réponse à toutes les questions suivantes. C’est à mon tour, de vous apporter mes réponses. Pas des réponses issues de Google, mais bien de la réalité du métier en tant qu’indépendante. Il s’agit de mon quotidien.

Que fait une consultante ?

Quelles sont mes missions ? A quoi je sers concrètement ?

Les missions d’une consultante diffèrent d’une spécialité à une autre. Mais au-delà des spécialisations, la parcours et la personnalité d’une consultante lui permettent de proposer des services atypiques.

Pour tenter d’être le plus clair possible, voici un bref aperçu des missions que j’exerce et que vous pourrez vous aussi effectuer :

Je fais la différence entre mes missions et mes tâches quotidiennes. Mes missions citées sont juste la partie commerciale de mon activité. Pour qu’une entreprise fonctionne correctement, il y a d’autres tâches quotidienne notamment, la prospection client, établir des stratégie de communication, créer des partenariats, développer son équipe, etc.

Quel diplôme faut-il pour devenir consultante ?

Faut-il un diplôme particulier ?
Il y a 2 cas de figure, ceux qui ont fait des grandes écoles de commerce et qui savent depuis plusieurs années ce qu’ils veulent faire, et ceux qui comme moi, ont découvert ce métier peu de temps avant de se lancer.

En lisant les fiches métiers, vous vous rendrez compte, qu’on conseil souvent d’avoir un Master avec une spécialisation. Cependant, ces fiches sont très utiles si vous cherchez un emploi dans le salariat. Mais dans l’entreprenariat, quand vous présentez devant vos clients, aucun, mais aucun, ne vous demandera vos diplômes obtenus.

Dans l’entreprenariat, c’est à vous de prouver vos compétences, de monter que vous avez ce que vous racontez. Démontrer, prouver, c’est ce dont vous aurez besoin, plus que vos diplômes.

Cependant, gardez en tête, qu’un entrepreneur compétent, qui évolue, est un entrepreneur qui se forme, qui développe ses compétences, qui doit se tenir informé des nouveautés dans son secteur d’activité. Parfois, certains diplômes, peuvent vous permettre d’apprendre ce dont vous avez besoin. La méthode la plus courte est de vous former régulièrement. Au moins 2 fois par an selon votre spécialisation. Plus vous formerez, plus vous serez expert dans votre domaine, et plus vous pourrez augmenter vos tarifs.

Quel salaire pour une consultante ?

Bon bin pour le salaire, heu… comment dire…
Vous êtes un indépendant quoi !
C’est à vous de fixer vos prix.

Néanmoins, il faut faire attention, le chiffre d’affaires n’est pas le salaire.
Quand vous gérer une entreprise, vous avez des charges, des dépenses et parfois des créances auprès de vos fournisseurs. Puis, une fois que vous avez ôté tout ceci de votre chiffre d’affaires, il faut penser à vous constituer une trésorerie pour vos investissements futurs et dépenses imprévus. Puis, c’est à ce moment que vous pourrez vous verser votre salaire.

Devenir consultante : Le bilan

A l’heure actuelle, en plus de mon activité de consultante, je suis également devenue coach, afin d’accompagner mes clients sur du long terme à l’atteinte de leurs objectifs.
Je suis totalement heureuse et épanouie dans mon activité. Le seul hic, je me donne énormément de boulot pour satisfaire mes clients au maximum, ce qui me vaut une très grosse fatigue.

Le but étant d’être épanouie, je commence petit à petit, à déléguer pour me dégager plus de temps de repos (physique et psychique) et de loisirs.

Si vous aussi, vous souhaitez devenir consultante, remplissez le formulaire ici, je vous recontacterai le plus rapidement possible.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à le partager autour de vous 😊

8 commentaires sur “Devenir Consultante : Mon histoire, Mes conseils”

  1. J’adore ton expression : « conseillite aigue » 😂
    Je vois un peu la consultante comme la coach en finess. Comme toi j’ai toujours rêvé d’être entrepreneure. Mais il faut adorer ce qu’on fait, parce qu’on peut passer plus de temps qu’un temps complet dans une entreprise. Mais je me réveille chaque matin avec l’envie de travailler 👍🏻
    Merci pour ces informations pertinentes.

    1. 😂 conseillite aigue
      Tout à fait, trouver la raison qui nous permettra de nous lever chaque jour avec l’envie et la joie dans le cœur.

  2. Merci pour ce partage d’expérience sur votre reconversion dans le métier de consultante. C’est très inspirant 🙂

  3. Article intéressant, le plus compliqué pour se lancer pour moi c’est le syndrome de l’imposteur, et quelle valeur salariale donner aux prestations quand on dépend de ce syndrome… y a pas vraiment de règle, de barème… chacun fait une estimation… ce serait bien d’avoir une base ou une ligne de ce qui est raisonnable et puis chacun adapte…

    1. Oui David, je comprend totalement tes interrogations.
      Il est vrai que ce syndrome de l’imposteur peut nous empêcher d’y voir clair.
      Lors de mes coachings avec mes clients, j’approfondis justement les notions qui permettent de bien fixer ses tarifs.
      Tu peux déjà commencé par regardé le prix pratiqué par tes concurrents, calcule également le montant de tes dépenses récurrentes et aussi le positionnement que tu choisis.
      Contacte-moi via ce formulaire : https://rubissaphirconsulting.com/contact/ je serais ravie de t’aider à y voir plus clair.

    1. Bonjour Carine,
      En tant qu’entrepreneur c’est toi qui fixe tes prix.
      De plus, tous les consultants n’ont pas les mêmes dépenses donc d’un profil à l’autre le salaire que tu pourras te verser changera.
      Pour te donner un ordre d’idée, dans la moyenne le tarif horaire d’un consultant est de 100€.

Un commentaire fait toujours plaisir ...

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :